Un usage d’internet encore très répandu est le partage des fichiers. Les fichiers ont d’abord été échangés sur des supports amovibles. Les ordinateurs ont pu accéder aux fichiers à distance en utilisant le montage de systèmes de fichiers. Il y a eu les systèmes de babillards électroniques (1978), Usenet (1979) et les serveurs FTP (1985).

Les systèmes Internet Relay Chat (1988) et Hotline (1997) permettaient aux utilisateurs de communiquer à distance par le biais du chat et d’échanger des fichiers. Ensuite, le codage mp3, a été normalisé en 1991 et a considérablement réduit la taille des fichiers audio.

Il s’est généralisé à la fin des années 1990. En 1998, MP3.com et Audiogalaxy ont été créés, le Digital Millennium Copyright Act a été adopté à l’unanimité. Puis les premiers lecteurs mp3 ont été lancés.

 

 

Différents types de partage de fichiers

Le partage de fichiers en peer-to-peer est basé sur l’architecture d’application peer-to-peer (P2P). Les fichiers partagés sur les ordinateurs d’autres utilisateurs sont indexés sur des serveurs de répertoire. La technologie P2P a été utilisée par des services populaires comme Napster et LimeWire. Le protocole le plus populaire pour le partage P2P est BitTorrent.

Les services de synchronisation et de partage de fichiers basés sur le cloud mettent en œuvre des transferts de fichiers automatisés. Ils mettent à jour les fichiers à partir d’un répertoire de partage dédié sur les appareils en réseau de chaque utilisateur. Ensuite, les fichiers placés dans ce répertoire sont également généralement accessibles via un site web et une application mobile Ils peuvent être facilement partagés avec d’autres utilisateurs à des fins de visualisation ou de collaboration.

Ces services sont devenus populaires grâce à des services d’hébergement de fichiers orientés vers le consommateur ; tels que Dropbox et Google Drive. Avec le besoin croissant de partager facilement des fichiers volumineux en ligne, de nouvelles plateformes de partage en libre accès sont apparues. Ajoutant encore plus de services à leur activité principale : stockage dans le nuage, synchronisation de plusieurs appareils, collaboration en ligne. Parmi ces plateformes : ShareFile, Tresorit, WeTransfer, MeeroDrop ou Hightail.

rsync est un programme plus traditionnel, lancé en 1996, qui synchronise les fichiers sur une base directe de machine à machine.

Enfin, la synchronisation des données en général peut utiliser d’autres approches pour envoyer de gros fichiers. Comme les systèmes de fichiers distribués, le contrôle de version ou les miroirs.

 

Napster

En 1999, Napster est devenu le premier système de partage de fichiers peer-to-peer. Napster utilisait un serveur central pour l’indexation et la découverte par les pairs. Mais le stockage et le transfert des fichiers étaient décentralisés.

Ensuite, une série de programmes et de services de partage de fichiers peer-to-peer avec différents niveaux de décentralisation et d’anonymat ont suivi. On pense notamment à Gnutella, eDonkey2000 et Freenet en 2000. Mais aussi FastTrack, Kazaa, Limewire et BitTorrent en 2001. Ou encore Poisoned en 2003.

 

Développement du partage de fichiers illégaux

Tous ces outils spécialisés dans le partage de fichier offraient une grande variété de contenus. Cependant, les partages de fichiers musicaux, de logiciels et de films étaient les plus nombreux.

Bien que ce partage soit légal, le partage de certains fichiers ne l’était pas. Des procès et d’autres actions en justice ont forcé Napster à fermer en 2001. eDonkey2000 a suivi en 2005, Kazaa en 2006 et Limewire en 2010.

Ensuite, The Pirate Bay, fondée en Suède en 2003, continue cependant son action malgré un procès et un appel en 2009 et 2010. Ils ont entraîné des peines d’emprisonnement et des amendes importantes pour plusieurs de ses fondateurs. Le partage de fichiers reste controversé du fait des nombreuses accusations de violation de propriété intellectuelle d’une part et des accusations de censure d’autre part.

 

Poursuivez votre lecture avec :

})(jQuery)